PARTAGER

Proche du pouvoir royal, l’Eglise a dès le départ cautionné et soutenu la colonisation et l’esclavage dans les Antilles. Largement impliquée dans la perpétuation du crime, elle est demeurée complice du maintien de l’ordre colonial bien après l’abolition. Mais il y eut aussi, comme ce fut d’ailleurs le cas durant la période esclavagiste, des hommes d’église qui se sont élevés, au nom des principes religieux, contre l’injustice et la violence qu’impliquait ce maintien. A plusieurs reprises, après 1848, des conflits ont même surgi soit au sein de l’Eglise, entre clergé local et hiérarchie parisienne, soit entre pouvoir civil et représentants religieux. Après avoir béni l’esclavage, comment l’Eglise a-t-elle sanctifié l’après abolition ? C’est cle thème de ce nouveau numéro “d’Hier et Ailleurs”, en compagnie de l’historien René Bélénus.

Source: https://la1ere.francetvinfo.fr