PARTAGER

Il étaient trois, une quatrième personne filmant l’événement, à organiser une opération coup de poing contre l’esclavage en Libye, sous la bannière de la Ligue de défense noire africaine (LDNA), une association qui se présente comme luttant contre la négrophobie et le racisme. Afin de dénoncer l’intervention de la France en Libye en 2011, les activistes ont pris pour cible le 12 juin la statue équestre de Jeanne d’Arc, place des Pyramides, à Paris. Le monument était notamment régulièrement utilisé comme symbole par le Front national, à l’occasion de leur rassemblement annuel, le 1er mai.

Sarkozy, BHL ! Ils doivent être traduits en justice

Le leader de l’organisation activiste, connu sous le pseudonyme de Gucci IG sur Facebook, explique pourquoi, selon lui, la France est responsable de la situation actuelle en Libye, et en particulier des pratiques esclavagistes, en cours depuis l’effondrement du pays à la suite de la chute de Mouammar Kadhafi en 2011. Des cas de mise en esclavage de migrants avaient été confirmés par la chaîne d’information américaine CNN en novembre 2017. «Il faut la vérité, il faut que les gens sachent que vos frères et sœurs ne sont pas à vendre. Ce ne sont pas des esclaves, d’accord ?», a lancé Gucci IG.

«Donc le pays de Jeanne d’Arc est responsable. La France est responsable», a-t-il argumenté, s’exclamant : «Sarkozy, BHL ! Ils doivent être traduits en justice.»

«Le pays de Jeanne d'Arc est responsable» : des activistes de la LDNA dénoncent le chaos en Libye
Capture d’écran Facebook

La LDNA s’était notamment illustrée en avril dernier, à l’occasion de l’opération de défense des frontières et anti-immigration, baptisée «Defend Europe», organisée par Génération identitaire dans les Pyrénées. Gucci IG était allé jusqu’à se rendre sur le lieu de travail d’un activiste identitaire, afin d’exposer son identité. Gucci IG avait ainsi exigé que l’identitaire soit licencié de la banque où il travaille.

Lire aussi : Soupçons de financement libyen : les poursuites engagées contre Sarkozy «entachées de nullité» ?

Source: https://francais.rt.com/