PARTAGER

«Il est normal que je reçoive un homologue, élu à l’issue d’élections libres», a commenté le président de l’Assemblée nationale François de Rugy, interpellé sur Twitter par le rédacteur en chef du site Les Crises, Olivier Berruyer, au sujet de la réception d’Andry Parouby à l’Assemblée nationale le 11 juin.

Co-fondateur en 1991 du Parti social-nationaliste d’Ukraine (mouvement néonazi et antisémite désormais appelé Svoboda) et actuel président de la chambre des députés ukrainiens (Rada), Andry Parouby sera en effet de passage dans la capitale française, où il devrait également s’entretenir avec Gérard Larcher, président du Sénat.

Une réception qu’Olivier Berruyer juge «scandaleuse». Répondant au tweet de ce dernier, François de Rugy a affirmé : «La diplomatie parlementaire, c’est parler à tous les acteurs d’une crise : je vais ainsi reprendre les contacts avec la Douma de Russie interrompus depuis plusieurs années.»

«Auriez-vous également reçu dans les années 30 Hermann Göring, élu président du Reichstag “à l’issue d’élections libres” ?», a rétorqué le blogueur.

Auparavant, Jean-Luc Mélenchon avait lui aussi reproché à François de Rugy de recevoir Andry Parouby. Sur Twitter, le 10 juin, le leader de La France insoumise a ainsi écrit : «Demain, de Rugy reçoit solennellement le néonazi antisémite ukrainien [fondateur de] Svoboda ! Voilà où mène l’atlantisme forcené.»

Le député LFI Alexis Corbière avait en outre demandé à François de Rugy d’annuler son rendez-vous.

Andry Parouby a quitté le Parti social-nationaliste d’Ukraine en 2004, année de son changement de nom pour devenir Svoboda, parti fasciste qui a participé au coup d’Etat de 2014 en Ukraine. Après son passage à Paris, Andry Parouby doit se rendre au Royaume-Uni pour rencontrer notamment le ministre de la Défense britannique.

Lire aussi : «Nier le rôle de l’extrême droite dans la révolution du Maïdan relève de la mauvaise foi»

Source: https://francais.rt.com/