PARTAGER

Mais pourquoi sont-ils aussi méchants ? C’est la question qu’a dû se poser le député non-inscrit de Charente-Maritime, Olivier Falorni, lorsqu’il a pris connaissance des insanités que des députés La République en marche (LREM) débitaient sur son compte sur la messagerie Telegram. Un échange privé que les deux parlementaires ont taxé d’humoristique, et qui se conclut sur la suggestion d’expédier le Charentais au fond du port de la Rochelle avec un sac de ciment.

La messagerie cryptée, qui permet d’échanger en toute sécurité sans pouvoir être lu, peut en revanche faire l’objet de captures d’écran. Un ami compatissant en a fournies à Olivier Falorni, qui a pu prendre connaissance des réactions des parlementaires LREM alors qu’il plaidait pour la cause animale lors des discussions sur le projet de loi Agriculture et alimentation

L’humour douteux des parlementaires LREM 

Le quotidien Sud-Ouest a pris connaissance de cet échange qui aurait dû rester confidentiel et en a publié des extraits. La conversation débute alors qu’Olivier Falorni défendait un amendement réclamant l’installation de la vidéo-surveillance dans les abattoirs pour améliorer le bien-être animal (amendement rejeté par la majorité).

Je vais dire à quelques potes de la Rochelle de le jeter dans le port

A 00h26, Jean-Baptiste Moreau, le député LREM de la Creuse a écrit au sujet du Charentais : «Je vais dire à quelques potes de la Rochelle de le jeter dans le port.» Il est à noter que ce député est éleveur, et qu’une des mesures discutées impliquait davantage de contrôles et de surveillance dans les abattoirs.

Un autre amendement tentait de s’opposer à des temps de transport trop longs pour les animaux. Roland Lescure, le député des Français de l’étranger et président de la Commission des affaires économiques a alors  enchaîné : «Ou dans un bateau avec les animaux pendant plus de huit heures.» Jean-Baptiste Moreau a rétorqué : «Je suis contre la maltraitance animal [sic]»

Roland Lescure s’est ensuite fendu d’un : «Moi pour la maltraitan(c)e falornienne.»

Le mec a niqué l’ambiance

Deux députés se sont joints à cette joyeuse conversation pour ajouter : «Le mec a niqué l’ambiance» et «en plus il a intégré notre commission». A la phrase «Falorni dehors» Jean-Baptiste Moreau assène le coup de grâce, digne d’une réplique des Tontons flingueurs : «Un sac de ciment et au fond du port de la Rochelle.»

Un simple «délire» des députés

Face à la consternation provoquée par cette conversation, les députés se sont défendus dans le quotidien Ouest France, en invoquant l’humour. «On a des boucles privées qui nous permettent d’échanger de manière directe. Effectivement, il arrive que dans ces boucles ont fasse preuve d’un peu d’humour», a affirmé Roland Lescure à Sud-Ouest. Il a prétendu par ailleurs avoir «répondu de manière correcte et respectueuse» aux arguments présentés par Olivier Falorni dans l’hémicycle. «Sur le fond, on a bien fait notre boulot et sur la forme on a eu des échanges humoristiques qui, une fois rendus publics, peuvent apparaître comme déplacés», se défend-il, précisant qu’il n’y avait «aucune volonté de nuire à qui que ce soit».

Même son de cloche chez Jean-Baptiste Moreau qui s’est justifié le 13 juin : «A une heure du matin, on n’est pas drôle. Je n’ai rien contre Olivier Falorni. C’est une boucle privée où parfois on délire. Ni plus, ni moins.»

A cette conversation à l’humour douteux, Olivier Falorni a répondu sur Twitter que l’échange «consternant» révélait aussi «l’état d’esprit de ces parlementaires» et le «mépris qu’ils ont pour la cause animale».

De nombreuses associations pour le droit des animaux et quelques journalistes ont manifesté leurs réprobation sur les réseaux sociaux vis-à-vis du comportement de ces parlementaires LREM. 

Lire aussi : Loi agriculture : les députés font-ils du «copié-collé» de textes rédigés par des lobbys ?

Source: https://francais.rt.com/