PARTAGER

Interviewé par les journalistes Jean-Jacques Bourdin et Edwy Plenel sur BFMTV et Mediapart ce 15 avril, Emmanuel Macron a estimé que le port du voile islamique n’était «pas conforme à la civilité dans notre pays». Précisant sa pensée, il a poursuivi : «C’est-à-dire au rapport qu’il y a entre les hommes et les femmes dans notre pays.»

«Nous sommes attachés […]  à cette égalité entre l’homme et la femme. Donc nous ne comprenons pas qu’il y ait cette différence, cette distance, cette séparation», a encore souligné le chef de l’Etat, appelé à se prononcer sur les propos de son ministre de l’Education, Jean-Michel Blanquer, qui est défavorable au fait que des mères voilées accompagnent des enfants lors des sorties scolaires.

Le président de la République n’est pour autant pas favorable à l’interdiction du voile islamique dans la rue, estimant que ce serait «contre-productif». «Le sujet du voile est très important», a-t-il insisté, soulignant qu’il n’avait pas de «réponse univoque sur ce point».

Laïcité, égalité hommes-femmes, accompagnement des enfants dans les sorties scolaires : le voile intéresse visiblement le gouvernement pour différentes raisons. Invité à s’exprimer sur cette thématique sur RFI ce 16 avril, le secrétaire d’Etat chargé des relations avec le Parlement et délégué général de La République en marche (LREM), Christophe Castaner a tenu des propos sur le sujet qui ne manqueront pas d’interpeller.

Quand en France, y compris nos mamans portaient un voile, portaient le voile catholique, on ne se posait pas la question

A la question de savoir si le port du voile islamique induisait une supériorité de l’homme sur la femme, une forme de sexisme, le responsable LREM a rétorqué : «On s’est posé la question, il y a quelques années, quand toutes les femmes catholiques portaient un voile ? Je ne crois pas.» Reformulant sa réponse, il a expliqué, sans coup férir, qu’«il y a quelques années, quand en France, y compris nos mamans portaient un voile, portaient le voile catholique, on ne se posait pas la question».

Faisant sans doute référence à la mantille, cette écharpe de dentelle drapée sur la tête que portaient certaines croyantes à la messe jusque dans les années 1960 environ, Christophe Castaner a établi un parallèle avec le voile islamique, porté en toute occasion. Le droit canonique, qui régit l’Eglise, ne recommande en outre plus la mantille depuis 1983 pour les femmes assistant à la messe.

En tout état de cause, Emmanuel Macron et Christophe Castaner semblent envoyer simultanément des signaux contradictoires auprès des Français sur le voile islamique, le premier le jugeant non «conforme à la civilité» et le second semblant défendre son port en le comparant à une tradition catholique.

Lire aussi : «Agressif», «illusioniste», «pédagogue» ? L’interview d’Emmanuel Macron agite la classe politique

Source: https://francais.rt.com/