PARTAGER

Source: France - Google News

Retrouvez ici l’intégralité de notre live #MILLAS

12h20 : Toutes mes condoléances aux familles des victimes et courage. Ce qui me frappe c’est que personne ne pense au conducteur du train qui devra continuer sa vie avec ce drame, à qui je souhaite aussi beaucoup de courage.

12h20 : Choquée et peinée de tout cela. Mes pensées vont aux familles….

12h19 : Sincères condoleances. Ce qui arrive à votre village est épouvantable.

12h19 : Un énorme soutien à toutes les familles… étant maman aussi je suis bouleversée même que je ne connais personne je pense à vous c’est un moment horrible je pense fort à vous tous prenez courage.

12h18 : Dans les commentaires, vous êtes encore nombreux à apporter votre soutien aux proches des victimes de la collision entre un TER et un car scolaire sur un passage à niveau, hier à Millas (Pyrénées-Orientales).

12h14 : Sur son site internet, la préfecture des Pyrénées-Orientales affirme que, à 11h45, le bilan de la collision entre un TER et un car scolaire survenue hier à Millas reste “inchangé”, à quatre morts : “Le bilan est inchangé pour le moment et est de 4 décédés après confirmation des établissements de santé.” Une autre source proche du dossier a fait pour sa part état à franceinfo de six enfants tués, affirmant que deux jeunes filles de 11 ans ont succombé à leurs blessures.

11h51 : “Les gamins, ce sont eux qui font vivre le village. C’est ville morte”, témoigne auprès de l’AFP Pierre Alvarez, boulanger depuis quatre ans à Saint-Féliu-d’Avall. Le bus devait ramener hier, comme tous les soirs, les enfants de cette petite bourgade d’un peu plus de 2 000 habitants située à quelques kilomètres de Millas (Pyrénées-Orientales). Aujourd’hui, le village est sidéré, plongé dans l’effroi.

11h42 : Le ministre est arrivé vers 10h50 et s’est engouffré dans l’établissement sans faire de déclaration. Un point presse est prévu à la mi-journée à la mairie de Millas avec le préfet des Pyrénées-Orientales, Philippe Vignes.

11h25 : Le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, est arrivé au collège de Millas (Pyrénées-Orientales), où étaient scolarisées les vingt victimes de la collision entre un autocar et un train.

11h15 : Les barrières du passage à niveau étaient-elles ouvertes, laissant la conductrice du bus s’engouffrer sur la voie, ou étaient-elles fermées? Les trois enquêtes ouvertes vont devoir le déterminer. Pour l’instant, seul le conducteur du TER a pu être entendu, la conductrice, âgée de 48 ans et employée des autocars Faur, ayant été grièvement blessée dans l’accident.

10h51 : Vous êtes plusieurs dans les commentaires à adresser vos messages de soutien aux proches et aux familles des victimes du drame.

10h49 : Deux filles de 11 ans ont succombé à leurs blessures, portant à six morts le nouveau bilan de la collision entre un autocar scolaire et un train à Millas. Dix-huit personnes ont été blessées dans la collision, dont 14 enfants.

10h49 : Le bilan de la collision entre un car scolaire et un TER est désormais de six morts, a appris franceinfo de source proche du dossier.

12h29 : “Il faut se garder de tirer des conclusions trop hâtives”, réagit sur franceinfo, Bernard Aubin, secrétaire général du syndicat de cheminots First. “Ces passages à niveau automatisés [comme celui de Millas] peuvent” connaître un “dysfonctionnement, mais dans ce cas-là, en principe, cela provoque l’abaissement des barrières et le clignotement des feux rouges, même si aucun train n’est à l’approche”, a-t-il précisé.

09h37 : “En début de journée, on nous avait dit qu’on devait prendre ce bus-là et finalement on nous a dit que non car on finissait à 17 heures”, témoigne sur France Bleu Roussillon Dimitri, un collégien de Millas. “Du coup, je me suis dit que j’ai eu de la chance, quand j’ai vu les photos du bus, je me mettais exactement à la place où le bus a été coupé en deux. Tous les jours, je me mettais à cette place, quand j’ai vu cela, j’ai eu peur”, ajoute-t-il.

09h28 : La préfecture des Pyrénées-Orientales corrige le bilan communiqué un peu plus tôt par le préfet sur France Bleu Roussillon, qui faisait état de huit blessés en urgence absolue. Ils sont toujours au nombre de dix.

09h24 : Un coordinateur interministériel va être nommé après la collision entre le car scolaire et le TER sur un passage à niveau de Millas, annonce aujourd’hui la ministre des Transports. L’objectif est d’aider les familles “dans la durée”, notamment pour les démarches administratives.

09h00 : La barrière du passage à niveau dans le sens où circulait le bus est brisée, sans que l’on sache si c’est le bus scolaire qui l’a forcée ou si elle a été détruite lors de la collision, indique ce matin la SNCF à franceinfo. La seconde barrière en sens inverse d’où venait le bus est effectivement levée mais c’est le fonctionnement normal puisqu’elle se relève après le passage du train. Selon la SNCF, on ne peut rien conclure pour l’instant.

09h01 : “Il est indispensable que l’on puisse faire la lumière [sur cet accident], on le doit aux familles, on le doit aux proches, on le doit aux Français.”

C’est ce qu’a déclaré sur franceinfo le porte-parole du gouvernement. Il faut “faire en sorte qu’à l’avenir, ce type d’événements tragiques ne puisse pas se reproduire”, a ajouté Benjamin Grivaux.

08h48 : L’identification des victimes est terminée, annonce la préfecture. L’accident a fait quatre morts et 20 blessés. Cette collision est l’un des accidents les plus graves survenus à un transport d’enfants depuis le drame de Beaune en 1982 (53 morts dont 44 enfants).

09h02 : Philippe est l’oncle d’une des victimes, Loïc, 11 ans, et il a raconté à France Bleu Roussillon comment il a appris la nouvelle : “On nous a annoncé à 1h28 du matin qu’il faisait partie du tas de corps… Parce qu’ils ne peuvent pas encore les reconstituer. Sur les quatre décédés, ils en ont un seul dont ils ont pu donner le nom. Les trois autres, ils doivent reconstituer les corps, donc on ne sait même pas si c’est le 1, le 2 ou le 3. On nous annonce à 1h28 qu’il fait partie des décédés et [on nous dit] ‘merci vous pouvez aller dehors prendre l’air’, c’est ça une cellule psychologique?”

08h07 : “Éviter le croisement des voies ferrées et routes” est exclu “si ce n’est à investir des milliards qu’on n’a pas.”

Sur franceinfo, Alain Vidalies exclut la possibilité de se passer des passages à niveau sur notre territoire, après la collision entre un car scolaire et un TER qui a fait quatre morts et une vingtaine de blessés.

08h02 : Quatre morts et huit blessés en urgence absolue : c’est le dernier bilan communiqué ce matin par le préfet des Pyrénées-Orientales sur France Bleu Roussillon, au lendemain de la collision entre un car scolaire et un TER sur un passage à niveau à Millas.

07h39 : Samuel, prévenu par son fils, témoin de l’accident, évoque lui aussi des barrières ouvertes sur France Bleu Hérault : “Mon gamin m’a appelé en pleurs en me disant qu’il y avait eu un grave accident, parce que lui est arrivé juste derrière, en trottinette. (…) Je lui ai dit ‘écoute fais-moi une photo et envoie-moi la photo’. (…) Ce qui m’a surpris sur la photo qu’on a reçue, c’est qu’en fait, la barrière est complètement relevée.”

07h25 : France 3 a recueilli le témoignage de la grand-mère d’une collégienne qui était à l’avant du bus. Selon elle, “la barrière ne s’est pas refermée” et “les clignotants rouges ne se sont pas allumés” au niveau du passage à niveau.

[embedded content]

07h26 : Sur franceinfo, la psychanalyste Claude Halmos confirme qu’“il faut surtout écouter l’enfant”. Selon elle, la suite de ce drame sera pour les enfants “un long travail de remontée à la surface”. Son interview est à lire ici.

07h13 : “Nous avons souhaité, et il était souhaitable, de pouvoir ouvrir l’établissement pour que nos jeunes puissent libérer une parole et puissent trouver une écoute attentive, avec un maximum d’adultes présents dans l’établissement”, a expliqué Armande Le Pellec Muller. “Ce qui est important, c’est l’accompagnement dans la durée, parce que le syndrome post-traumatique est quelque chose de particulièrement important qui doit attirer notre vigilance”, a ajouté la rectrice.

07h15 : “Une quarantaine de personnes” venant “de Montpellier” sont sur place pour constituer une cellule psychologique “avec les enseignants” et “se préparer à l’accueil des élèves”, ajoute la rectrice de la région académique Occitanie.

07h27 : Le collège de Millas, où sont scolarisées les victimes de l’accident entre un car scolaire et un TER, ouvre ses portes “dès 7 heures” ce matin, a annoncé la rectrice de la région académique Occitanie, Armande Le Pellec Muller, au micro de France Bleu Roussillon.

07h28 : “J’ai eu une bonne étoile qui a gardé ma fille”, confie la mère d’une rescapée de l’accident sur RTL. “Ma fille m’a dit que les barrières n’étaient pas baissées, qu’elles étaient relevées, poursuit-elle. Le bus est passé et là, elle a juste eu le temps de tourner la tête, le train arrivait. Elle a crié ‘Attention !’ et là c’était le trou noir.” La collégienne a perdu connaissance mais est saine et sauve.

06h27 : Les accidents sont récurrents sur les passages à niveau malgré de grandes améliorations sur le réseau ferré. En 2014, 121 collisions ont été enregistrées, faisant 25 morts.

07h33 : Dans son dernier bilan, la préfecture des Pyrénées-Orientales fait état de quatre morts, 10 blessés en urgence absolue et 10 en urgence relative, qui ont été transférées vers les CHU de Perpignan, Toulouse et Montpellier.

06h07 : L’identification des victimes a été menée à bien, si bien que l’information des familles, rassemblées pour les situations les plus sensibles, a été rendue possible, avec l’autorisation du procureur de la République de Perpignan”, indique le communiqué publié ce matin par la préfecture des Pyrénées-Orientales.

Source: France - Google News