PARTAGER

Source: France - Google News

Royalistes, catho-tradi et autres anti-IVG vont participer en janvier prochain à l’Assemblée nationale à une Journée pour la vie. Un colloque rassemblant personnalités de droite et d’extrême droite unies par un même rejet de l’IVG. Une manifestation dont la tenue au sein de l’Assemblée nationale pose question et scandalise la députée LREM Marie-Pierre Rixain. 

L’événement est organisé par l’élue d’extrême droite Marie-France Lorho, devenue députée du Vaucluse après la démission, cet été, de Jacques Bompard. Parmi les invités de cette Journée pour la vie, la troisième de ce type, on retrouve Jean-Frédéric Poisson, l’ex-député du Parti chrétien démocrate, Guillaume de Prémare, le tout premier président de la Manif pour tous, mais aussi l’abbé Guillaume de Tanoüarn, patron d’émission sur Radio Courtoisie qui aime se présenter comme “maurassien”, Guillaume de Thieulloy, rédacteur en chef de “Riposte catholique” ou encore le président de la fondation Lejeune. Du beau monde.

“Lutte politique pour la préservation de la vie”

Quatre débats seront modérés par des journalistes de “Valeurs actuelles” et du Boulevard Voltaire. Le dernier, intitulé “Survivre au transhumanisme”, le sera par Philippe Mesnard, rédacteur en chef du bimensuel l'”Action française 2000″.

Toutes ces personnalités vont se réunir à l’Assemblée “pour produire une réponse intellectuelle et morale de qualité aux zélateurs du ‘changement de civilisation'”, a annoncé le 12 décembre sur son site Marie France Lorho.

“Cette journée s’inscrit dans une lutte politique pour la préservation de la vie de son commencement à son terme naturel.”

Jeudi, la députée LREM Marie-Pierre Rixain, qui est aussi présidente de la délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances s’est dite scandalisée que l’Assemblée, où Simone Veil s’est battu pour l’IVG, ouvre en 2017 ses portes à de telles idées obscurantistes et a demandé l’annulation de cette journée. 

“Un appel clair à la censure”, dénoncent les organisateurs auprès de France Info. “Tant que l’on reste dans le cadre fixé par la loi”, l’Assemblée “n’a pas de droit de regard” sur ce que les députés organisent, a répondu auprès du même média l’entourage du président de l’Assemblée François de Rugy. Celui-ci a toutefois tenu à faire savoir que l’Assemblée en tant que telle n’était pas l’organisatrice de l’événement.

Le 31 mai 2016 et le 13 janvier 2017, le député de la Ligue du Sud Jacques Bompard, auquel Marie-France Lorho a succédé, avait déjà du reste organisé à l’Assemblée les deux premières “journées parlementaires pour la vie”. 

Mais comme la dite journée n’engage que la députée, l’occupant du perchoir, François de Rugy, l’a priée de bien vouloir retirer le logo de l’Assemblée nationale du carton d’invitation du colloque. C’est déjà ça…

R.D.

L'Obs