PARTAGER

Source: France - Google News

L’animateur télé Magloire, l’un des intervenants de la journée de lutte contre la grossophobie à la maire de Paris © Maxppp – Julio PELAEZ

Paris, France

Ce vendredi, la mairie de Paris organise une journée pour dire stop à la grossophobie, dans le cadre de la semaine de lutte contre les discriminations.  La grossophobie, c’est à dire le mépris ou le rejet des personnes de fortes corpulences. 20% des demandeurs d’emploi obèses affirment par exemple avoir subi des discriminations à l’embauche. Mais le problème peut-être plus insidieux : moqueries, regards méprisants, conseils malvenus sur la perte de poids… 

La mairie de Paris organise donc plusieurs tables rondes ce vendredi après-midi pour discuter du problème. Parmi les intervenants, l’animateur télé Magloire, lui-même en surpoids. Magloire pour qui le regard sur les gros est négatif depuis longtemps : “si on fait un peu d’histoire on se rend compte que le gros c’était le bourgeois, mal-vu parce qu’il profitait du travail de ses ouvriers. Il était gros, obèse, parce qu’il mangeait trop, il mangeait gras, ce qui n’était pas le cas des gens qui travaillait pour lui. Aujourd’hui le gros ou la grosse, c’est celui qui ne fiche rien, qui reste chez lui à manger des chips en regardant la télévision. C’est ça l’image qu’on a du gros. C’est celui qui ne fait rien”.

26% des salariés atteints d’obésité sont au SMIC

La grossophobie peut avoir des répercutions professionnelles. Il est plus difficile pour les personnes atteintes d’obésité de trouver un emploi, et quand elles sont salariées, elles touchent plus souvent le salaire minimum : 26% contre 15% pour la moyenne des salariés. Inacceptable selon Magloire : “C’est avéré et certains DRH l’avoue. Une femme en surpoids aura beaucoup plus de mal à trouver un travail de standardiste ou d’accueil qu’une femme mince par exemple. Certaines femmes n’osent plus sortir de chez elles, n’osent plus aller chercher leurs enfants à l’école. Elles ont besoin d’aide, de main tendue”. Il faut dire stop à la grossophobie !”

Les tables rondes ont lieu à la mairie de Paris de 13h30 à 18h30 ce vendredi. L’événement est gratuit, mais l’inscription est obligatoire sur le site de la mairie.