PARTAGER

“C’est nous qui te payons”, peut-on lire sur des affiches. “Pour Ronaldo, 400 millions, pour nous seulement des coups de pieds au c…” Décidément, le montant mirifique du transfert de Cristiano Ronaldo en Italie passe mal. Un syndicat de Fiat proteste contre les millions dépensés pour faire venir la star madrilène à la Juventus de Turin – la famille Agnelli, qui contrôle le groupe automobile, est également propriétaire du club de football piémontais.

L’affiche a été apposée sur le mur de l’usine Fiat de Pomigliano d’Arco, dans la région de Naples, par des membres du syndicat S.I. Cobas (Sindacato Intercategoriale Cobas) et par cinq anciens salariés de l’usine, dont le licenciement a été confirmé en justice ces dernières semaines :

La Juventus de Turin a dépensé 112 millions d’euros pour faire venir la star portugaise du football, qui sera aussi payée 30 millions d’euros par an, pendant quatre ans. Ce n’est pas tout : Ronaldo, alias “CR7”, percevra 30 autres millions en prêtant son image au groupe Fiat pour des publicités.

Une jolie somme qui, selon les organisations syndicales, aurait pu être investie dans les salaires. Le syndicat USB appelle aussi à la grève, dimanche soir et lundi, à l’usine Fiat de Melfi, dans le sud du pays :

“Il est inacceptable que pendant que la direction continue à demander des sacrifices énormes aux travailleurs de FCA (Fiat Chrysler), la même direction décide de dépenser des centaines de millions d’euros pour l’acquisition d’un joueur de football”, écrit le syndicat USB dans son communiqué appelant à la grève. “Est-ce normal qu’une seule personne gagne des millions pendant que des familles n’arrivent pas à boucler leurs fins de mois ?”

Le groupe Fiat Chrysler se porte très bien, avec 4,7 millions de véhicules vendus et un bénéfice net de 3,8 milliards en 2017, un record. Mais les usines italiennes sont en surcapacité, expliquent “Les Echos”. Dans de nombreux sites de production, les salariés subissent du chômage partiel. “A Pomigliano, 4.600 employés devraient être mis au chômage technique car aucun modèle n’est actuellement en production”, souligne le site italien Fanpage.

B.L.

L'Obs

Source: www.nouvelobs.com