PARTAGER

En 2014, le 41e bataillon d’infanterie de marine (Bima) fermera. Afin de pallier la perte d’activités provoquée par cette clôture, l’État et six autres partenaires ont signé un plan local de redynamisation (PLR).

Malgré la fermeture annoncée du 41e bataillon d’infanterie de marine (BimaA), les élus avaient le sourire vendredi matin, à la sous-préfecture. S’ils n’ont pas manqué de déplorer la diminution de la présence de l’armée sur le territoire, le dispositif de compensation mis en place par l’État a ragaillardi les partenaires. Le plan local de redynamisation (PLR), initié par le ministère de la Défense vise à limiter les effets de la restructuration des unités militaires. Il durera trois ans – à partir de la date de signature – engagera 7 acteurs (1) et permettra le déblocage d’un montant de trois millions d’euros pour aider à la réalisation de quatre projets retenus après un processus de sélection (lire ci-dessous). Le périmètre concerné par ce programme de redynamisation inclut Pointe-à-Pitre, Les Abymes et Baie-Mahault. Cap excellence est aussi de la partie. Un comité de suivi sera instauré afin de suivre l’évolution des projets jusqu’à leur aboutissement. Lequel doit survenir avant le terme du PLR. Après la présentation des différents projets, l’ensemble des partenaires ont procédé à la signature de la convention pour la mise en ?oeuvre du PLR.
(1) Les parties signataires du PLR sont : l’Etat, la Ville de Pointe-à-Pitre, la Ville des Abymes, la Ville de Baie-Mahault, la communauté d’agglomération Cap excellence, le conseil régional et le conseil général.