PARTAGER
https://la1ere.francetvinfo.fr/guadeloupe/sites/regions_outremer/files/styles/rss_big/public/assets/images/2018/11/06/armel_le_cleah-916772.jpg?itok=1SGW4cMb

Le Cléac’h, l’un des grands favoris de cette course transatlantique en solitaire avec son bateau volant de toute dernière génération, naviguait sur 5 mètres de creux avec des vents de 30-35 noeuds (55-65 km/h). “Le bateau semble avoir chaviré suite à la rupture de son flotteur bâbord“, selon son équipe.
 

Il a réussi à se mettre à l’abri       

Il s’agit du premier chavirage sur cette 11e édition, forte de 123 bateaux et marquée par les très mauvaises conditions météo avec une dépression qui sévit depuis la nuit dernière dans le golfe de Gascogne.               
“Le Maxi Banque Populaire IX a chaviré aux alentours de 11h00 (GMT) alors qu’il naviguait à 340 milles dans le nord-est des Açores”, a expliqué l’équipe dans un communiqué. 
Le navigateur de 41 ans a réussi à déclencher sa balise de détresse et est en sécurité à l’intérieur du bateau.
 

Deuxième chavirage du maxi-trimaran                 

Il s’agit du 2e chavirage pour ce bateau, mis à l’eau début novembre 2017, et conçu dès l’origine pour voler.                  
Mi-avril, le multicoque de la classe Ultim (maxi-trimaran de 32 m de long pour 23 m de large maximum) avait chaviré au large des côtes marocaines lors d’un convoyage mais “ses dispositifs anti-chavirage n’étaient pas en place”, avait indiqué à l’AFP l’un des concepteurs, l’architecte naval Vincent Lauriot-Prévost.                  
Le bateau, alors sérieusement endommagé, était rentré en chantier pour 4 mois de travaux. 
 

Plusieurs casses pour le skipper                  

Le Cléac’h a eu un problème sur le bateau quelques heures après le départ de la course, qui a été donné dimanche à 13h00 GMT à Saint-Malo (Bretagne). Il s’est dérouté sur Roscoff pour réparer un système lié à l’énergie à bord, un stop qui a duré une demi-heure.
                  
Autres grands favoris pour cette 11e édition, le Maxi Edmond de Rothschild, un Ultim volant mis à l’eau en juillet 2017 barré par Sébastien Josse, a eu 8 mètres de son flotteur tribord arrachés lundi. Thomas Coville (Sodebo Ultim) a le carénage du bras avant bâbord de son bateau cassé. Tous deux sont actuellement dans le port de La Corogne (Espagne). Le skipper de Sodebo Ultim vient d’annoncer qu’il ne reprendrait pas la mer. 

Source: la1ere.francetvinfo.fr