PARTAGER
https://www.guadeloupe.franceantilles.fr/images/2020/06/03/570020_1591141915_543810-8496193_330x170.jpeg

La réunion a eu lieu à l’initiative de Patrick Vial-Collet, le président de la CCI Guadeloupe, avec l’ensemble des acteurs du territoire. L’objet ? Le redémarrage du tourisme en Guadeloupe, au regard des décisions prises par décrets par le Premier ministre.

Le décret du 31 mai aura bien fait parler de lui. En plus des vols qualifiés d’« interdits » entre l’Hexagone et l’Outre-mer (sauf pour motifs impéreux), c’est surtout les restrictions de déplacement hors de notre territoire avant la phase 3 du déconfinement (sensée débuter le 22 juin) et la quatorzaine obligatoire pour les voyageurs en provenance de l’Hexagone qui mobilise les forces économiques locales.

« Ce que nous demandons, résume Patrick Vial-Collet, qui a réunit les représentants du monde politique et économique, c’est d’abord la levée de ces restrictions de déplacements hors de notre île et de la quatorzaine pour les voyageurs qui viendraient de l’Hexagone ». La raison ? Permettre aux touristes français et guadeloupéens de profiter de leurs vacances voire de quitter notre archipel.
En effet, impossible avec cette restriction de déplacement pour les Français de métropole de venir chez nous et aux citoyens des îles françaises de la Caraïbe de rallier leurs voisines au motif de congés, puisque la circulation des gens est encore soumise à un motif impérieux. « Nous voulons pouvoir vendre des séjours et redémarrer », assurent les chefs d’entreprises.

« A compter du 22 juin, reprend Patrick Vial-Collet, nous voulons que la quatorzaine soit levée pour que des Français de l’Hexagone puissent venir ». Bien sûr, le tout soumis à un arsenal de mesures de précautions sanitaires (masques, tests au départ, puis sous 8 jours, surveillance des températures en cas de fièvre, etc…). De quoi rassurer les plus effrayés par cette pandémie qui craindraient de nouvelles importations du virus sous nos latitudes.

La capacité d’anticiper étant le meilleur atout des chefs d’entreprises, « nous souhaitons pouvoir annoncer cela le plus tôt possible », rappelle le président de la CCI, qui le promet : les tarifs seront attractifs, y compris pour les résidents qui voudraient passer de la mer à la montagne, ou l’inverse. « Nous prévoyons aussi des tarifs attractifs pour les vols inter-îles et même transatlantiques », dit-il. Rapellons que l’aéroport d’Orly doit rouvrir le 26 juin.

« Il faut arrêter de se faire peur », assène Bruno Blandin, le président du Medef, à propos d’une hypothétique recrudescence du virus en Guadeloupe. Encore faut-il convaincre les autorités gouvernementales de ces spécificités territoriales et de l’urgence, pour le monde économique, qui, une peur en chassant une autre, assure envisager le pire pour leurs entreprises.