PARTAGER

Depuis le début du mois, de célèbres sportifs originaires de Guadeloupe ont fait parler d’eux dans l’actualité. Certains ont fait polémique comme l’ancien footballeur Lilian Thuram, à l’inverse, d’autres ont été couverts de gloire à l’image du basketteur Rudy Gobert, ou alors, sont sur le chemin du succès comme le tennisman Gaël Monfils. Retour sur les trois actualités les plus marquantes ayant mis des sportifs guadeloupéens sous le feu des projecteurs ce mois-ci.

Lilian Thuram, un faux pas dans sa lutte contre le racisme 

 

 

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Une publication partagée par Lilian_Thuram_officiel (@lilian_thuram_officiel) le

L’ancien défenseur de l’Équipe de France de football, Lilian Thuram (142 sélections), a récemment fait polémique. Il a été accusé de racisme “anti-blanc” suite à des propos maladroits dénonçant les attitudes xénophobes de certains supporters italiens et le manque de réaction de la part des fédérations. 

Ses propos ont eu lieu suite à une rencontre de Serie A entre Cagliari et l’Inter Milan. Le nouvel attaquant milanais, Romelu Lukaku, a été la cible de cris de singes et injures racistes provenant des tribunes de la Sardegna Arena. Lilian Thuram a évolué pendant 10 ans au sein du championnat italien durant sa longue carrière, sous les couleurs de Parme et de la Juventus. Il est familier de ce genre d’incidents tristement courants, qui accumulent les antécédents : rien que l’année dernière, le Français Blaise Matuidi avait déjà été victime de chants anti-noirs lors d’un match disputé avec la Juventus à Cagliari. 

C’est pour cette raison que Thuram a tenu à défendre l’attaquant belge. Interrogé à ce sujet par le célèbre média d’Italie, le Corriere dello Sport, il a répondu maladroitement.

“Il faut prendre conscience que le monde du foot n’est pas raciste, mais qu’il y a du racisme dans les cultures italienne, française, européenne, et plus généralement dans la culture blanche,” a-t-il affirmé. “Il est nécessaire d’avoir le courage de dire que les blancs pensent être supérieurs et qu’ils croient l’être.” 

C’est cette dernière phrase qui a surtout mis le feu aux poudres. Ses propos ont été repris par de nombreux médias et la polémique a rapidement enflé. 

Lui qui axe son combat autour de la lutte contre les discriminations a été fortement critiqué. Sa sortie a été considérée par beaucoup comme hostile envers les blancs, voire même raciste. Mais sa réponse ne s’est pas faite attendre. Au micro de la radio française RTL, il a tenu à préciser que sa déclaration avait été sortie du contexte. 

L’ancien international français (47 ans) a rappelé qu’il visait surtout les supporters ayant un comportement raciste.

Le Champion du monde 98, d’origine guadeloupéenne (qui avait notamment inscrit un doublé mythique en demi-finale contre la Croatie), a longtemps tenu à profiter de sa stature et son influence dès sa retraite sportive pour mener un combat engagé face au racisme dans le sport. L’activiste a même créé la fondation “Thuram Education” pour lutter contre la xénophobie, toutes les sortes d’injustices, et prôner l’égalité.

 

Rudy Gobert médaillé de bronze aux championnats du monde avec l’Equipe de France de Basketball

Les Français ont décroché pour la deuxième fois de leur histoire la médaille de bronze à l’occasion du Mondial de Basket. Rudy Gobert et les siens ont battu l’Australie (67-59) lors de la petite finale qui s’est disputée à Pékin le 15 septembre dernier. 

La France, qui avait chuté aux portes de la finale, battue par l’Argentine (80-66), s’est ressaisie à temps pour grimper pour la deuxième fois de son histoire sur la dernière marche du podium mondial, après celui de 2014. Pourtant la petite finale contre les Australiens était très mal partie. Menés de 15 points jusqu’au milieu du 3ème quarts-temps, les hommes de Vincent Collet ont su retourner la situation. A noter que la 18ème édition du championnat du monde de basketball a finalement été remportée par l’Espagne.

Au final, en plus de cette belle 3ème place, la campagne mondiale de la France aura surtout été marquée par l’incroyable exploit réalisé en quart de finale contre les Etats-Unis (89-79), tenants du titre. Rudy Gobert a d’ailleurs été l’un des grands artisans de ce succès historique face à l’une des plus grandes nations du basketball mondial. Le pivot des Bleus a été impressionnant à la fois offensivement et défensivement : 21 points, 16 rebonds et 3 contres. 

Le Guadeloupéen, déjà sacré meilleur défenseur de la NBA pour la deuxième année d’affilée en juin dernier avec l’Utah Jazz, ajoute avec cette médaille de bronze, une nouvelle récompense à son palmarès déjà bien garni. Interviewé par Le Parisien, son ancien coéquipier en bleu, Mickaël Gelabale, s’est montré fier du parcours de l’équipe, malgré leur échec aux portes de la finale comme cela avait déjà pu être le cas en 2005 et 2014. Reprenant le célèbre proverbe français “jamais 2 sans 3 !”, il a conclu en réaffirmant que la France était une belle nation pour le basket. 

La prochaine édition de la Coupe du monde de basket de la FIBA aura d’ailleurs lieu en 2023, soit chez le duo Argentine-Uruguay, soit chez le trio Indonésie-Japon-Philippines. Les hôtes de la compétition seront dévoilés le 9 décembre prochain. En attendant, Rudy Gobert et les Bleus seront de retour sur la scène mondiale dès l’été prochain, s’étant qualifiés pour les Jeux Olympiques de Tokyo.

 

Gaël Monfils bientôt au top de sa forme après l’US Open

Beaucoup le voyaient arriver jusqu’en finale. Mais l’aventure américaine de Gaël Monfils s’est finalement arrêtée avant les demies. Le Français s’est incliné le 4 septembre dernier face à Matteo Berrettini en quart de finale de l’US Open, 3-6, 6-3, 6-2, 3-6, 7-6 (5). Monfils avait pourtant sauvé quatre balles de match avant de céder le tie-break du 5ème set à l’Italien sur le court de l’Arthur Ashe Stadium, devant une foule new-yorkaise conquise. Berrettini a ensuite été éliminé par le vainqueur du tournoi, Rafael Nadal (numéro 2 mondial). 

Ce résultat a comme un goût de déjà vu pour Gaël Monfils. Ce n’est pas la première fois qu’il est à deux doigts à peine du carré final de l’US Open. Déjà en 2014, le tennisman guadeloupéen tenait la balle de match face à Roger Federer au bout du 4ème set, avant de finalement céder la fin de la rencontre au Suisse, numéro 3 mondial. 

D’après le site officiel de l’ATP, le Français ne retient finalement que le positif de son tournoi aux Etats-Unis cette année. Il s’est dit fier d’être parvenu à atteindre son premier quart de finale d’un tournoi du Grand Chelem en trois ans.

Le Français avait pourtant les supporters de son côté. Le public de New York était en admiration face à sa technique toujours aussi spectaculaire et sa façon de faire le show.

“Les supporters ont été incroyables. Ils m’ont poussé et ils m’ont aidé. C’était amusant. C’est pour ce genre de sensations que je joue. J’aurais aimé gagner, mais j’adore ce genre de matchs, peu importe l’issue. 

Les fans de tennis avaient été conquis depuis sa victoire face au Canadien Denis Shapovalov en 8ème de finale, lors des cinq sets considérés par beaucoup comme ayant été les plus passionnants de tout le tournoi. Il a terminé son séjour aux Etats-Unis en encourageant sa nouvelle petite amie, Elina Svitolina (numéro 3 mondiale au classement WTA), qui participait également au tournoi. Alors que maintenant beaucoup de flirts se commencent via Internet, il aurait pu rencontrer sa belle Ukrainienne sur un site de rencontre comme Badoo par exemple. Mais c’est en fait tout naturellement sur un court de tennis que les deux ont commencé leur histoire d’amour qui dure depuis plus de 9 mois maintenant. En plus d’avoir un compte Instagram en commun (nommé G.E.M.S, un mélange de leurs initiales qui signifie également « diamants » en Anglais), le couple s’entraîne ensemble quotidiennement, ce qui d’après Svitolina, a amélioré le jeu de celle qui est désormais à la 3ème place mondiale au classement WTA.

Le tennisman de 33 ans semble donc revenir au meilleur de sa forme. Il est remonté à la 12ème place du classement ATP, notamment grâce à son titre remporté à Rotterdam en finale contre le Suisse Stanislas Wawrinka (classé 19ème). Cette place de numéro 1 français devrait surtout lui assurer de faire partie de l’équipe tricolore qui représentera la France lors de la toute première ATP Cup. Le tournoi international, qui aura lieu du 3 au 12 janvier 2020 en Australie, réunira 19 équipes, et les joueurs désignés pour représenter leurs pays seront déterminés selon leur place au classement ATP.

L’actualité des sportifs guadeloupéens aura donc été riche en émotions et en rebondissements en septembre. Le mois prochain, ce sera peut-être au tour du milieu de terrain du Celta Vigo, Claudio Beauvue, de faire parler de lui. Son club se déplace sur la pelouse du FC Barcelone, à l’occasion d’un match important dans le championnat espagnol. Ce serait, pourquoi pas, une occasion pour lui de briller.