PARTAGER
https://la1ere.francetvinfo.fr/martinique/sites/regions_outremer/files/styles/rss_big/public/assets/images/2020/10/17/sylvain-1499520.jpg?itok=raBZGMbO

Derrière l’exploit de son fils Christophe, un papa comblé, fier et sportif. S’il a contribué aux entraînements du jeune Maleau, il a aussi sa part de succès dans la traversée de 40 kilomètres entre Sainte-Lucie et Sainte-Anne samedi 10 octobre 2020. 

Dans la lumière, Christophe Maleau 12 ans, un jeune nageur aux exploits qui fascine les Martiniquais et bien au-delà des frontières. 

Son défi réussi de 2020, la traversée entre Sainte-Lucie et la Martinique, 40 km à la nage, rien de moins, réalisé le samedi 10 octobre 2020. Il a forcé l’admiration de tous. 

Dans les Caraïbes, cette traversée est réputée particulièrement difficile à cause des courants.
 

Il a dû se remettre en forme tous les jours pour ne pas décevoir son fils

Dans l’ombre, des entraîneurs et le club de natation de Longvilliers au Lamentin, une maman, Murielle, touchée par le cancer et pour laquelle Christophe se bat pour lui donner de la force et de l’espoir.

Et un papa dont le but est de voir ses deux fils, Christophe 12 ans et Yannick 21 ans épanouis dans la vie. 

Une semaine après l’exploit de son fils, place à celui du papa qui a courageusement et sportivement réussit aussi sa traversée en kayak aux côtés de son fils. 

Pudique, il est plus facile pour Sylvain Maleau de parler de Christophe que de lui-même.

Même s’il était un sportif dans sa jeunesse, passionné de football et joueur à l’Aiglon du Lamentin, il a dû se remettre en forme tous les jours. pas question de décevoir son fils.

Sylvain et Christophe Maleau

Sylvain et Christophe Maleau

Christophe et Sylvain Maleau, fils et père réunis autour des exploits sportifs ©Cap/fb/Mairie de Sainte-Anne

Le fils entraîne le père et réciproquement 

Du sport tous les jours, pour le père et le fils. Quand ce n’est pas en mer, c’est sur terre. Car Sylvain avait aussi son défi à relever. Accompagner, encourager, prendre soin de son fils pendant la traversée en mer et faire face parfois à des creux de trois mètres sans jamais faillir. 
 

Christophe m’a imposé un entraînement à sa façon, quand il nageait en piscine avec son entraîneur, j’allais en salle de musculation, je faisais du rameur et du cardio. On se booste l’un et l’autre.

Sylvain Maleau.


Des valeurs de vie 

Sylvain a en lui cette fibre humaniste et sportive transmise par son père. 
 

Mon père nous a inculqué le respect, la politesse, le sens du travail. On n’a rien sans rien dans la vie. Je le répète tout le temps à mes enfants, il faut aider son prochain avec son coeur et sans attendre de retour. Je suis croyant et j’ai beaucoup prié pendant la traversée de Christophe. 

Sylvain Maleau.

 

Christophe Maleau dans les bras de son père Sylvain

Christophe Maleau dans les bras de son père Sylvain

Christophe Maleau dans les bras de son père Sylvain en 2017. ©Philippe Oliny

Une grande complicité entre père et fils 

Après avoir relevé deux précédents défis, 6,4 km entre l’Anse Mitan aux Trois-Îlets et la Française à Fort-de-France en 2017, puis 26 kilomètres entre Diamant et Schœlcher en 2018, Christophe Maleau a donc réussi la traversée des 40 kilomètres entre Sainte-Lucie et Sainte-Anne.
 

Jusqu’au jour J je ne savais pas si j’allais tenir en mer ! Heureusement nous avons des codes entre nous deux, avec l’oeil, la bouche et les mains. On s’encourage mutuellement. Pour moi, c’était super important d’être à ses côtés mais à mon sens il est plus fort que moi.

Sylvain Maleau.

Une dernière phrase pour ce papa humble et gentil. Surtout faire passer le message qu’il aime ses deux fils de la même manière et mettre en pratique cette phrase qu’il a affichée. 

L’important pour être heureux c’est avant tout de posséder ce qui ne s’achète pas : l’amour, l’humilité, la gratitude, le pardon et la sérénité.

Sylvain Maleau.

Source: https://la1ere.francetvinfo.fr