PARTAGER
http://guadeloupe.coconews.com/static/im/agenda/2019/03/a9a6653e48976138166d-capture-d-e-cran-2019-03-11-a-06.29.34.png

Et si on parlait chlordécone ?
Entrée gratuite.
Réservation obligatoire dans la limite des places jessica.oublle@gmail.com

18 h 00 Accueil des intervenants et des invités
18 h 30 mots d’ouverture de Jordan Succar, président du spot Coworking Jessica Oublié, auteure de BD, Samuel Rinaldo, président de la jeune chambre économique de Pointe-à-Pitre et sa région

18 h 45 : Séquence 1 “Environnement”
Philippe ROTIN, Exploitant agricole : « Quelles sont les conséquences de l’utilisation du chlordécone sur les cultures maraîchères et vivrières ? ET cela a-t-il induit des changements de pratiques pour les exploitants agricoles ? Quel modèle agricole « raisonner » dans un contexte de pollution au chlordécone ?

Patrick ANDRIEUX, Hydrologue et ingénieur de recherche à l’INRA : “Comment s’explique la présence du chlordécone” dans les rivières ? Que sait-on de la cartographie ?

Soaiig LEMOINE, Eco-toxicologiste et enseignante chercheure à l’UAG :
les espèces aquatiques sont elles aussi Impactée par cette pollution ? Y a-t-il un moyen de décontaminer les espèces aquatiques ? Et est-ce viable au plan économique ?

Sarra GASPARD,Chimiste spécialiste de l’environnement et professeure des universités à l’UAG : ” Pourquoi le chlordécone est-il si rémanent ? La molécule est-elle biodégradable ? Quelles sont les techniques aujourd’hui expérimentées en laboratoire pour faciliter la dépollution des terres ? ET quelles sont les chances de celles-ci d’être appliquée sur le terrain ? 19 h 30 : Séquence 2 ‘ Chaîne alimentaire” Virginie KLES, Secrétaire Générale à la Préfecture de Guadeloupe : « Dans quel but et quand ont été mis en place les plans chloredécone ? Quels sont les bilans des deux premiers ? Et quels sont les principaux en jeux du troisième actuellement en cours ?

Représentant .e de la DAAF : « Que sont limites maximales de résidus ( LMR) ? Par qui et comment sont-elles déterminées. ? Et comment les services de l’Etat vérifient-ils leur mise en application dans ce que l’on appelle les circuits formels et informels ?

Rony GUILLAUME, Directeur de La Société de gestion de l’abattoir du Moule :” Les LMR
et les plans de surveillance ont-ils modifié l’activité de l’abattoir ? Pour quel type de circuit de consommation la viande de l’abattoir est-elle destinée ? Et qu’indiquent sur les trois dernières années les résultats des prélèvements effectués par les services vétérinaires sur les animaux passant à l’abattoir ?
Charly VINCENT, Président du Comité des Pêches de Guadeloupe : ” Pourquoi certaines zones sont-elles partiellement et parfois entièrement fermées à la pêche 7 Quelles ont été les principales évolutions de la règlemention auxquels les acteurs de la filière ont été soumis ces dix dernières années 7 Et comment travaille le Comité des pêches de Guadeloupe à fournir du poisson sain à la population ?”
20H45 : Séquence 3 Perspectives”
 Luc GOURDLNE, Ingénieur de recherche à 1TNRA, « Vers quel type de solution la recherche agronomique se dirige-t-elle en matière d’élevage dans les zones polluées et quels sont aujourd’hui les apports et limites des scénarios à l’étude ?

Harry DURIMEL, Avocat « Où en est-on du traitement contre X de 2006 pour mise en danger d’autrui et administration de substances nuisibles ayant porté atteinte à l’intégrité physique d’autrui ? Quels enjeux soulèvent la question de la réparation ?

Jean-Marie FLOWER, Écologue :”Comment dans ce contexte de pollution et dans un contexte de quasi monoculture, est-il possible de développer, maintenir une agriculture de qualité qui soit respectueuse du bien-être, des habitudes alimentaires et des pratiques socioculturelles des populations ?

LE SPOT – Coworking Space Rue Ferdinand Forest,, Baie-Mahault

Le 13 mars 2019

18h

Source: Coconews.com