PARTAGER

La diversité religieuse est plus significative Outre-mer, en Guadeloupe, chrétiens, évangélistes, hindouistes, musulmans et juif coexistent. A la fois complexe et difficile à délimiter, offrant une vision d’ensemble sur la pluralité des structures existantes, des liens naturels, de la dévotion des pratiquants et des usages courantes : tel est le tableau religieux qui se décrit sur notre île.

Christophe Colomb était un explorateur mais aussi missionnaire orthodoxe qui a instauré le christianisme sur toutes les colonies françaises. Quand il arriva le 4 novembre 1493, le premier signe de christianisme fut édifier à Basse Terre. A l’époque, croyant être en Inde, il l’a baptisé “Santa Maria de Guadalupe de Estremadura” pour honorer une promesse faite à des religieux lors d’un pèlerinage.

La présence durable des colons, sur le territoire autochtone de la Guadeloupe, introduit de nouvelles identités confessionnelles qui, progressivement réunis des personnes issues de pays occidentaux, du moyen orient, d’Afrique et représentent ainsi des expressions vivantes en provenance d’une multitude d’ethnies. Ce phénomène est mis en relief non seulement par la mondialisation, mais aussi par la culture et la religion.

Faute de statistiques publiques recensant l’appartenance religieuse des guadeloupéens (le dernier recensement officiel est national et date de 1872)

Croyances et pratiques religieuses chrétienne

La Toussaint

Le matin, les familles et bénévolats réparent, embélissent et préparent les tombes pour les illuminées le soir venu. Les familles se rendent ensuite au cimetière et allument des milliers de cierges et de bougies afin de veiller jusqu’à l’aube. En ces moments les familles aiment se remémorer les instants passés avec leurs proches de leur vivant.

Noël

La veillée traditionnel du 24 décembre est une véritable fête, un moment exclusif sous le signe du partage. Les familles se regroupent pour chanter à tue-tête, manger et festoyer. Les guadeloupéens ont su apporté une touche créole très appréciée aux chants religieux qui leurs apporte davantages d’entrain. Sous fond de biguine, de growka, de mazouks tous les chants furent adaptés aux chants.

Pâques

Pâques est l’une des fêtes les plus respectée en Guadeloupe et se déroule sous 3 jours .

Le Vendredi Saint, pour illustrer cette journée de longues marches sont réalisées en direction des calvaires. A la mi-journée les cloches ne sonnent pas pour témoigner du deuil, mais ce qui est très particulier c’est l’instrument utilisé pour appeler les fidèles aux vêpres, c’est le rara, un instrument en bois qu’on fait tourner à l’aide d’un bâtonnet.

La tradition du Samedi Gloria, la tradition n’existe plus à ce jour mais dans le temps, au réveil des cloches, les fidèles se jetaient à l’eau ou se lavaient le visage, et chacun arrosait sa maison pour avoir de la chance toute l’année.

Le lundi de pâques reste la journée de réjouissances par excellence. Les plages et rivères sont bondés, famille et amis y campent sur fond de musique et éclats de rires. Plusieurs activités sont de mises et se diversifie, l’ennui n’y a pas sa place. L’indétrônable punch dessere les gorges stressées et le Matété de crabes est le repas qui garni le plus souvent les assiettes en cette période.

Les Fêtes patronales

Chaque année, les communes célèbrent les Saints de leurs églises au rythme des tambours accompagnant des grangé manioc, des laghias, des toumblacks, des tombé lévé et autres danses des campagnes. Messe et processions sont de rigueur, mais le charme de ces fêtes réside dans les buvettes décorées de guirlandes et de madras où l’assemblée se retrouve pour déguster les mets traditionnels, cassaves sucré salé, doukounes, accras, boudins chauds, morue frite ou colombos arrosés de rhum.

La fête patronale a lieu le dimanche suivant le fête du Saint patron local,

Vous retrouverez l’ensemble des dates pour chaque commune de la Guadeloupe dans notre rubrique Culture et vie.

Croyance évangélique

C’est la deuxième religion de la Guadeloupe. Les temples sont très répandues. Les pratiques semblent, pour certains, un peu plus restrictives mais restent similaires à celles du christianisme.

Hindouisme

Les cérémonies hindoues se sont christianisée, mais la communauté hindoue a tenu à conserver un certain nombre de rites ancestraux (tels que les sacrifices de poules, cabris, moutons) dédiés à la déesse Mayinmin. Des prêtres initiés invoquent leurs divinités et dansent parfois pieds nus sur le tranchant d’une machette portée par deux hommes.

Musulmanisme

Une petite part de la population pratique cette religion. Vous ne verrez pas donc pas mosquées en Guadeloupe, mais plus des centres de prières où les pratiquants viennent régulièrement y prier.